IVG

L’interruption volontaire de grossesse.

ivg-femmeSi vous avez un retard de règles, le premier réflexe à avoir : faire un test de grossesse.
S’il est positif, il est conseillé d’en faire un deuxième pour être sûr.

Si vous êtes effectivement enceinte et que vous voulez avorter, dans la législation française, l’avortement est possible jusqu’au 3ème mois de grossesse.

Vous devez alors vous rendre au plus vite chez votre médecin généraliste, votre gynécologue, ou directement à l’hôpital.

ivg-bureau

Pour toute interruption volontaire de grossesse : deux consultations médicales sont obligatoires. À la première, le médecin procède à un examen clinique.

 

Après un premier entretien avec le médecin, vous avez une semaine de réflexion obligatoire. Ce délai peut toutefois être réduit si le seuil des 12 semaines de grossesse risque d’être dépassé.
Dans un premier temps : vous devrez faire une analyse de sang pour déterminer depuis combien temps vous êtes enceinte.

 

En fonction de cela, deux possibilités d’avortement s’offrent à vous : par voie médicamenteuse ou par voie chirurgicale.

ivg-pills

La méthode médicamenteuse : peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 5ème semaine de grossesse.

ivg-osc

La méthode chirurgicale ou curage : peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 12ème semaine de grossesse. Elle est exclusivement pratiquée en établissement de santé
L’interruption volontaire de grossesse est remboursée à 100 %
par la sécurité sociale.
Si la jeune fille est mineure et que les parents ne sont pas consentants ou au courant : aucune demande de paiement ne peut lui être adressée.

Quelle que soit la méthode utilisée,
une consultation de contrôle de l’IVG est réalisée
entre le 14ème jour et le 21ème jour suivant l’intervention.

ivg-pharPour ne pas avoir
à reproduire une pareille intervention,
vous devrez alors,
avec le médecin,
choisir un moyen
de contraception adapté à votre situation.

 

version mahoraise :